[Date Prev][Date Next] [Thread Prev][Thread Next] [Date Index] [Thread Index]

Re: Testez l'installateur Debian....



Selon Christian Perrier <bubulle@debian.org>:

> Quoting Jérôme Marant (jmarant@nerim.net):
> 
> > C'est dommage que tu tentes de détourner le contexte.
> > 
> > Je ne remets pas en cause le fait de laisser tomber boot-floppies,
> > mais plutôt celui de ne pas essayer de récupérer des installateurs
> > existants (quite à en réécrire quelques morceaux) plutôt que d'en
> > réécrire un "from scratch".
> 
> Je crois que la suite du thread que tu as cité indique bien qu'il n'y
> a pas volonté délibérée d'ignorer ces installateurs existants.

Dommage que ce débat-là tourne encore au "j'ai raison, tu as tord".

> Un des contributeurs rappelle dans cette discussion la différence
> entre l'installateur Redhat (qui gère 2 ou 3 architectures) et

En fait, c'est plutôt 4 ou 5 d'après ce que j'ai pu lire.

> l'installateur Debian (qui en gère 11).

Il en gérera 11, ce qu'il ne fait pas actuellement, soyons honnète.

> On peut (et certains ne manquent pas de le faire) regretter que
> l'aspect multi-architecture de Debian impose de grosses contraintes
> pour, en fait, un pourcentage infime d'utilisateurs (je viens de
> retravailler les templates du module s390-dasd qui sera probablement
> utilisé par 3 pelés dans le monde).
>
> C'est aussi notre richesse car cela impose d'éviter à tout prix les
> raccourcis ou généralisations hasardeux. Je suis ainsi quasi persuadé
> que l'installeur Redhat n'est pas transposable à Debian....notamment

Tu es quasi persuadé parce que tu as été voir le code ? J'attends de
voir ce qu'à fait Progeny.

> parce qu'il doit faire l'impasse sur pas mal de problèmes liés aux
> architectures.

Le travail de portage ne peut être réalisé que par ceux qui ont
intérêt à utiliser l'installateur sur une architecture donnée.

J'ai du mal à croire que rien de ce qu'ont fait les autres ne
correspond à nos besoins. Il y a forcément des portions que l'on
peut réutiliser.

> Il n'a pas été possible cette fois-ci de faire l'installateur
> graphique flashy, avec mickeys clignotants et becquet arrière, dont
> certains rêvent.

L'un n'empêche pas l'autre, c'est d'ailleurs pour ça qu'il y a
un cdebconf-gtk.

> C'est probablement bien dommage car cela va encore confirmer chez
> certains technoïdes l'idée que Debian est une distribution
> préhistorique ou, comme je viens de le lire dans "Linux pour les nuls"
> acheté à mon héritier, réservée aux experts.

Même si l'installeur est plus propre et plus facilement modifiable,
il a la même esthétique que boot-floppies, donc il faudra s'attendre
à ce genre de remarques.

> Malheureusement, c'est la limite du volontariat total qui existe dans
> Debian : on fait avec ce qu'on a. Il y a probablement trop peu de
> personnes qui contribuent à l'installateur (je vois toujours les mêmes
> noms dans -boot....essentiellement des personnes qui ont par ailleurs
> pas mal de paquets, souvent importants, en charge).

Alors là, je te rejoins complètement. Il faudra bien faire avec.
Personnellement, je répète que je contente de boot-floppies et donc
debian-installer me contentera parfaitement.

> Pour la prochaine version de Debian, il faut probablement que plus de
> développeurs se consacrent dès le départ à l'installateur...et que le
> travail sur celui-ci ne soit pas trop concentré à la fin du cycle de
> release.

Le problème est de motiver les personnes. Comment inciter les
développeurs qui ne sont pas convaincus par le design de d-i
à venir rejoindre le projet ?
Pourquoi Klaus Knopper et Progeny n'ont-ils pas contribués à d-i ?

> > > Je note tout de même que les développeurs de mozilla ont essuyé les
> > > mêmes critiques quand ils ont fait le choix de tout recommencer plutôt
> > > que de bidouiller un netscape 4 vieillissant. Avec les résultats que
> > > l'on connaît.
> > 
> > Et avec 4 ans de développement.
> > Malheureusement, on se saurait jamais s'ils ont eu raison ou tord.
> 
> Il me semble évident qu'ils sont eu raison. Sans ce choix, on n'aurait
> jamais eu le bouillonnement qu'il y a eu autour de Mozilla, qui est en
> train de renverser les idées reçues sur le navigateur de référence.
> 
> Le message commence lentement mais sûrement à passer, même chez les
> utilisateurs les plus basiques, qu'il existe des alternatives
> crédibles à IE.

On est dans un contexte bien particulier de libération de code
source (celui de Netscape 4), qui n'a jamais bénéficé de la revue
des pairs propre au logiciel libre.

-- 
Jérôme Marant



Reply to: